21 novembre 2017

Inclusi.f.ve




  • En écriture inclusive il ne faut plus écrire
     - Tout le monde était convaincu.
    mais
     - Toutes et tous étaient con.ne.vaincu.es.

Le Canard Enchaîné, 2017-10-18.
  • Tant que verge sera féminin et vagin masculin, j'aurai du mal à trouver un lien entre le genre des mots et la nécessaire égalité homme/femme.

  • Doit-on dire la Prix Goncourt ou la Prix Femina pour les écrivaines récompensées et le médaille Fields pour un homme ?
  • Plutôt que de compliquer, simplifions : supprimons l'accord en genre et en nombre des adjectifs et des participes passés, comme par exemple en Anglais.
  • Il n'y a pas ces problèmes en Turc, puisque c'est une langue sans genres et donc un pays où les droits des femmes sont exemplaires. Ah non ? ça ne va pas de pair ? Alors pourquoi on veut le faire ?

  • - Mon dieu, cette catharsis des conservateurs dans les commentaires!
    - Vous vouliez écrire "Mon Dieu.Déesse, cette catharsis de conservat.eur.rice.s"
  • Il y a quelque années on écrivait parfois avec des parenthèses comme « Cher(e)s adhèrent(e)s » mais les féministes ont décidé que mettre le féminin entre parenthèse était encore un signe de machisme.  Donc on va le mettre entre deux poings

  • Cette prétendue égalité entre homme et femme au travers de l’écriture masque un besoin de rendre tout égal, n'importe quoi et n'importe comment. Ce besoin répond à la nécessité de l'amalgame permettant d'éradiquer toute échelle de valeur : bien et mal, beau et laid, intéressant et stupide. Tout doit être égal et tout le monde doit se fondre dans cette égalité. Tout le monde doit avoir un avis sur tout sans aller contre celui de l'autre.
"li" est l'adjectif neutre pour ne pas utiliser "la" ou "le".




Aucun commentaire:

Publier un commentaire